Rechercher dans le site
http://cyber-langues.fr/spip.php?article86

Bâtir un projet pédagogique avec la plateforme le Webpédagogique

ressources proposées par Christophe Saconnet
vendredi 5 septembre 2008

Christophe Saconnet, professeur d’anglais JPEG - 37.1 ko
Collège Henry-Dunant, Académie Dijon

cahier de textes virtuel en 2007-2008

cahier de textes virtuel en 2008-2009

Site du Webpedagogique

Le Webpedagogique est une plateforme qui propose à tout acteur de la communauté éducative de créer et échanger un outil pédagogique . Pour faire simple , ce site animé par une équipe jeune permet aux professeurs d’ouvrir gratuitement un blog sans publicité. C’est le premier avantage par rapport à d’autres plateformes concurrentes. Parallèlement le WP propose des forums à tous, parents, élèves et professeurs d’échanger autour de l’école, des programmes ou de trouver de l’aide. S’y ajoutent des vidéos pédagogiques et des quiz ludo-éducatifs.
Les concepteurs tirent leurs revenus de partenariats publics et privés ainsi que des publicités proposées par leur propre régie publicitaire.
Mais encore une fois se lancer dans un projet ou la création d’un outil de type blog est gratuit à 100%.
Actuellement il y a environ 4000 blogs recensés.

Nous aborderons, ici, à la fois l’aspect pratique, l’aspect technique et le versant pédagogique de l’utilisation de cette plateforme qui permet d’ ouvrir un blog. Son montage à proprement parler est plutôt rendu facile par une interface qui a été revue dernièrement. L’équipe des concepteurs est également très réactive et cherche en permanence à peaufiner l’interface , et détecter les bugs éventuels pour les supprimer.

Ce qui me semble important dès le départ c’est qu’il est nécessaire avant tout de soi même réfléchir à un projet pédagogique avant de se lancer dans la création d’un site comme celui-ci.
En premier lieu parce qu’il va être la partie (électronique) visible d’un certain travail fait en classe en amont ou en aval et que dans un deuxième temps, il va falloir en assurer une maintenance et un suivi régulier sur une année au moins.
Le projet peut relever d’une entreprise de type carnet de bord en TPE au lycée ou en IDD au collège, fait pour ou par les élèves.
Il peut s’agir d’un travail ponctuel comme une revue de presse créée par une classe pendant la semaine de la presse à l’école, d’un blog qui accompagne un projet d’échange linguistique etc, ...ou d’un cahier de textes électronique du type de celui dont chaque classe dispose pour les leçons et les devoirs.
C’est cette option du cahier de textes que j’ai choisi de développer qui va servir de démonstration lors de cette conférence.
Certes s’il peut évoluer en cours de route, il est préférable de réfléchir avant toute chose à la lisibilité de l’objet que l’on souhaite réaliser pour des élèves, qui même au fait de l’outil informatique et de l’objet blog, n’ont pas forcément un sens de le hiérarchie et de l’arborescence d’un site de ce type, n’en saisissent pas toujours la portée, sans parler de la démarche parfois hasardeuse adoptée face à ces nouveaux supports.
Le principe du cahier de texte revisité
il est assez limité , souvent perdu ou peu rempli, tout juste informatif et austère, il fait partie d’une autre époque et n’a jamais été utilisé comme il aurait fallu. Se confondant trop souvent avec les cahiers d’absences parfois l’un dans l’autre, on hésite et on rechigne à le remplir. Inadapté aux groupes de langues et surtout inaccessibles aux élèves en dehors du temps scolaire.

D’abord donc substituer le e-notebook au cahier de textes de la classe, mais faire en sorte qu’il n’ élimine pas le cahier de texte personnel de l’élève.
D’abord parce que l’élève dans son organisation purement scolaire a besoin des notes qu’il prend pour ses leçons et devoirs , qu’il ne faut pas supprimer ce rituel . Le e-notebook lui permet à tout moment de revenir au travail fait en classe pour éliminer les risques d’erreurs de copie, ou rattraper un oubli lors d’une absence.
A ce sujet, consultable depuis n’importe quel ordi, le site est un outil qui permet de dématérialiser les consignes de travaux à faire
utile pendant les congés maladies des uns et des autres, les sessions de stages des professeurs à qui l’on demande de laisser du travail.

Comment démarrer ?

Démarrer d’abord modestement , par étapes.
Pas de contributions d’élèves au départ , cela est préférable. Si l’on est hésitant, on peut faire le choix d’entraîner avec soi une seule classe ou un seul niveau pour commencer.
Il est également utile de monter son projet dans son coin sans en divulguer l’adresse aux élèves, pour se rôder plusieurs semaines ; ainsi voir si l’on tient la route.

Quant à la forme du blog, il faut sans doute l’imaginer avant toute chose, travailler sur papier dans un premier temps, imaginer son site tel qu’on veut le créer. Il faut bien avoir en tête le public auquel on s’adresse, si on fait le choix de s’adresser aux élèves, avant les parents, ou aux collègues enseignants ,etc.

Quelle forme ?

Rendre l’espace agréable avant de chercher l’interactivité à tout prix.Avec un blog sur le Web Pédagogique, il est surtout possible de rédiger un nombre d’articles illimités , appelés aussi billets. Pour ce faire, structurer ses articles avec un éditeur de texte avancé Wordpress ( aux fonctionnalités proches de celles d’un traitement de texte) est relativement simple.
Mais il est dès lors important de réfléchir à la hiérarchisation des billets, en plus de leur rangement dans les différentes rubriques.
Ainsi une page d’accueil est nécessaire pour éviter d’avoir à faire à une pile de billets. Créer une page, en la réservant comme sa page d’accueil s’avère alors judicieux. REGLAGES => LECTURE => PAGE STATIQUE
Animer une page d’accueil en rapport avec des sujets d’actualité va aider à fidéliser les élèves ou tout au moins offrir une variété à l’interface du blog.

Charger et insérer des fichiers (texte, image, audio, vidéo, pdf, etc.)
images avec le pb des droits

Insérer des vidéos de Youtube ou Dailymotion

la possibilité de donner à voir des clips ou extraits sur lesquels les élèves peuvent travailler en autonomie, on peut aussi imaginer des questions, ou un simple visionnage à la carte.
Illustrer vos articles avec des vidéos d’archives comme celles de l’INA.

A qui s’adresse -t-on ?

S’adresser aux élèves mais pas n’importe comment.
Il faut, d’entrée, être au clair avec la terminologie utilisée entre les termes ’ rubriques’,’classes’,’catégories’, avec les consignes que l’on veut donner et les zones accessibles aux élèves. En effet, donner des consignes sur un travail à faire ou une simple consultation d’un site pédagogique n’a rien à voir avec musarder sur les blogs des copains. Il faut être très précis, car l’élève va pouvoir souvent mettre le prof en défaut , en lui avançant une excuse de type’ je n’ai pas compris la consigne’ pour ne pas avoir à le faire ?

Permettre aux élèves de contribuer (liste de vocabulaire, exercice volontaire, réponses à un quiz mené par le professeur , participation à un concours, etc ...)
Approuver les commentaires avant la mise en ligne
Autoriser la contribution de vos élèves mais garder le contrôle de publication

Les aides extérieures

L’implication d’une équipe peut faire vivre votre blog ; assistants péda, autres membres de l’équipe, collègues de la même discipline, interaction entre collègues anglais/allemand bilangue...
Définir l’objectif avec les équipes en question justement le but pédagogique de l’outil est-ce du soutien ? Est-ce du homework ? Est-un un plus ? Est-ce que tous les élèves peuvent y avoir accès ?

Quelques astuces pour finir

Modifier la date de publication est une astuce qui permet de préparer la rédaction de certains billets à l’avance, dans le cas d’un événement prévu à l’avance ou simplement de cours que l’on a anticipés.
Tout est prévu pour réserver pour plus tard la publication d’un article en jouant avec l’horodatage.

Intégrer des widgets Voki : relève bien sûr du gadget. Portée limitée toutefois mais pourquoi pas ponctuellement aider à faire répéter.

Attention : utiliser des images libres de droit.


Navigation