Rechercher dans le site
http://cyber-langues.fr/spip.php?article32

Sortir la compréhension orale de la classe ; l’externalisation de l’écoute.

Jean Sabiron (1)
jeudi 22 mai 2008

La compréhension orale, « compétence oubliée » (H.Holec).

Constat à l’entrée de l’université : bilan au diagnostic initial 2006 et en fin de 1è année LLCE et LEA 2007 : nature des déficits, statistiques, et illustrations.

Questionnements sur le volume d’exposition pour passer d’un niveau à un autre du CECRL : de B2 à C1, par exemple. Quels outils ? Quels matériaux ? Quelle méthodologie ?

Rappel de quelques repères théoriques.

- Comparer : une opération mentale compulsive,
- La flexibilité cognitive,
- L’apprentissage par l’action et l’expérience,
- Les conditions de la mémorisation

Un credo validé laissant de plus en plus de place à l’acquisition de savoirs-faire initiaux qui permettent des activités d’écoute hors institution.

L’évolution des TICE permet la création de mini Centres de Ressources et de Conception, à forte réactivité, visant à offrir – et à mutualiser – des matériaux audios pour les niveaux A2, B1, et B2 .

Définition de compétences d’autonomie d’écoute :
In-situ, méthodologie de « apprendre à mieux comprendre seul » :

En classe :
- en plus des sous-compétences fondamentales de la compréhension, pratique systématique des nouvelles chances de facilitation : le processus descendant, et la démarche analogique,
- En salle informatique : pratique des compétences minimales : opérationnalité de la recherche documentaire et apprentissage de l’autonomie pour l’audition

Hors des murs
- Pratiques d’écoute souples et étalées dans le temps :

du connu ou de l’attendu, (onomasiologie)
sous-tâches de bas niveau permises par le choix pour l’apprenant du lieu, du confort et du moment de l’écoute,
puis tâches-défis, de documents sans préparation ni amorce sémantique (sémasiologie)

- Consultation de sites ou de blogs pour instructions complémentaires, corrections, et auto-évaluation, …

JPEG - 3.1 ko

(1) Maître de Conférences en langue anglaise orale, Jean SABIRON est le créateur de la Maison des Langues de l’Université de Poitiers et est expert dans le domaine des ressources linguistiques et de méthodologies qui les intègrent dans des dispositifs hybrides de formation pour publics d’étudiants et d’adultes en milieu professionnel (dont les Professeurs des Ecoles). Formateur de formateurs en langues (IUFM et étranger), son implication est forte dans le DCL, et le CLES. Il assure aussi la co-direction de thèses en didactique des langues.
Découvreur du potentiel du MP3 pour l’apprentissage nomade des langues, en 1999, il effectue des recherches sur les applications de cet usage, et sur la conception de matériaux spécifiques pour un public adulte qui utilise le baladeur. Il a effectué dix communications sur ces usages aux congrès SAES, UPLEGESS et RANACLES
Depuis cinq ans, il a mis en place une étude de ressources en ligne, gratuites et accessibles à tous, qui permettent un usage direct par tous les apprenants, sans duplication ni stockage par l’institution, donc en toute légalité.
Il a défini le nouveau métier universitaire d’Herméneute-Tisserand, qui repère et flèche, en direction des enseignants, les ressources intégrées potentiellement pertinentes dans une perspective langagière et civilisationnelle : le concept VIGILangues, dont le blog est l’aboutissement expérimental et temporaire.


Navigation