Rechercher dans le site
http://cyber-langues.fr/spip.php?article279

Le travail collaboratif oral à distance à l’heure des réseaux sociaux numériques

Frédérique BORNE-MOINET

mercredi 29 août 2012

La plupart des recherches montrent que les TIC, lorsqu’elles sont intégrées à l’enseignement/apprentissage des langues vivantes, permettent d’approfondir considérablement le travail écrit ; leur utilisation pour le travail des activités langagières orales est plus récente et ouvre de nouvelles voies de recherche.

En conséquence, notre expérimentation porte sur les conditions de l’intégration des ressources écrites et orales des réseaux sociaux numériques (de type Voxopop, Tele-Tandem) à l’enseignement/apprentissage d’une langue vivante lors d’un travail collaboratif franco-allemand à distance. Ces outils nous permettent en effet de mettre l’accent sur le travail des compétences orales, lors de la réalisation d’une macro-tâche (cette année, la préparation d’un débat). Ils permettent aussi une collaboration motivante et régulière avec des natifs, en intégrant les composantes communicationnelles aussi bien visuelles qu’acoustiques. La banalisation récente de l’utilisation de la visioconférence, grâce à des logiciels très simples d’accès et de bonne qualité tels que Skype, nous a en effet amenés à nous interroger sur les apports spécifiques de ce type de support ainsi qu’aux modalités de son exploitation pédagogique.
Nous nous sommes orientés vers le travail oral asynchrone (sur Voxopop) et synchrone (sur Skype) en binôme binational, puisqu’ il représente l’avantage d’augmenter très considérablement le temps d’expression de chacun des apprenants, par rapport à la visioconférence en séance plénière, souvent trop inhibante, ou au cours présentiel traditionnel, qui ne peut offrir à l’apprenant qu’un temps de parole limité. Les réseaux sociaux (de type Tele-Tandem, mis en place par l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse), quant à eux, peuvent aujourd’hui offrir à chaque apprenant une communication écrite et orale authentique avec un ou plusieurs natifs d’une durée bien supérieure, régulièrement, instantanément et à moindre coût, et ce dans et hors de l’espace-temps institutionnel.

En cela, les nouveaux médias nous permettent de rejoindre une dynamique héritée de la pédagogie Freinet, basée sur une communication authentique et non pas simulée comme dans le cours de langue présentiel traditionnel.

L’objectif est avant tout pragmatique : il s’agit de mesurer la validité du dispositif mis en place. La question posée est la suivante : dans quelles conditions d’encadrement la mise en place d’un travail collaboratif binational par internet permet-elle une meilleure acquisition de la langue cible, en termes de motivation, d’apprentissage interculturel et de progression à l’oral ?

A cet égard, nous insisterons sur la distinction entre communication et transmission. En effet, la transmission implique une pérennité, des valeurs, une institutionnalisation des échanges, ainsi qu’un ancrage aussi symbolique que spatio-temporel. Il revient à l’enseignant de concevoir cette articulation entre communication et transmission, en utilisant notamment des dispositifs hybrides distanciel/présentiel, à partir desquels pourront se mettre en place les nouveaux modes d’enseignement/apprentissage. Il convient aussi d’intégrer aux correspondances interscolaires des micro-tâches, notamment grammaticales. Le travail sur support papier, par le biais d’un livret d’apprentissage, assure une matérialisation et une institutonnalisation des échanges.

Dans la mesure où l’autonomisation des apprenants est un de nos objectifs premiers, nous placerons les usages et les besoins des nouvelles générations d’élèves à la base de notre réflexion, en fonction des outils aujourd’hui disponibles. L’expérimentation participe aussi à la mise en place nécessaire d’une éducation aux médias, et fait appel à un large spectre de compétences, qui recouvre des domaines aussi bien sociaux que techniques, dans la mesure où le web 2.0 implique une collaboration entre les usagers : nous nous orientons vers un usage raisonné des nouveaux médias. L’autonomisation des élèves recherchée ici permet de proposer une redéfinition des rôles de l’enseignant en fonction du contexte technologique actuel : l’étude des pédagogies proposées par C.Freinet, F.Oury et la technique pédagogique allemande « Lernen durch lehren (« apprendre en enseignant  ») enrichit nos réflexions et remet en cause notre enseignement en plaçant la liberté de l’élève au centre des activités scolaires.


Navigation