Rechercher dans le site
http://cyber-langues.fr/spip.php?article22

Tests en ligne en tant qu’outil de formation et d’évaluation

María Magdalena Fasano
lundi 24 septembre 2007

JPEG - 16.9 ko
Introduction

Le métier et le rôle de l’enseignant de langue est en pleine évolution grâce aux nouvelles technologies qui lui permettent aujourd’hui de proposer à ses étudiants des ressources dynamiques et originales mises en ligne. Mais, comment choisir et faire en sorte que ces ressources en ligne soient efficaces et encouragent l’autonomie de nos étudiants ? Comment faire aussi pour que les enseignants s’approprient de ces outils en trouvant des avantages ? Comment parvenir à se consacrer davantage à l’oral pendant les cours de face à face ?
On constate que les enseignants se retrouvent la plupart du temps avec des classes qui ont des niveaux très hétérogènes et le temps à consacrer pour une remise à niveau individuelle semble utopique.
Quant aux recherches qui m’ont amenées à l’élaboration de ce test, elles sont de l’ordre pratique, de l’expérience du terrain. En tant qu’enseignante, depuis 15 ans avec un public scolaire, universitaire et d’adultes, la préparation de cet outil est pour moi, un outil complémentaire aux formations que je dispense.
Pour tester ce produit, nous avons participé à la Journée Européenne des Langues 2006 en proposant uniquement le test « sommatif » et nous avons eu 800 inscrits et 100 rapports avec des échos très favorables. Des enseignants de collège l’ont fait passer à leurs élèves avec des résultats correspondant à A2.

C’est pourquoi les tests que nous vous proposons ont été conçus pour qu’ils soient complémentaires dans leur utilisation.
Ils abordent une langue de communication générale, avec quelques thèmes abordant la langue de spécialité et s’inspirent des niveaux recensés dans le CECRL .

Les acteurs de cette démarche

Exagone a développé le moteur du test « sommatif » qui permet de délivrer en fin de test un rapport personnalisé très détaillé et illustré aussi par des graphiques. C’est une société qui conçoit et réalise des outils collaboratifs pour la gestion et la diffusion de l’information. Site web : http://www.exagone.com/

L’association Medialingua, dont je fais partie, regroupe des enseignants de langues qui souhaitent développer ou utiliser des contenus d’apprentissage en ligne pour toutes les langues, tels que des tests d’évaluation, des tests de placement, des tests de formation, des parcours pédagogiques auprès d’un large public. Site web : http://www.medialingua.net

Le public concerné

Les 2 tests évaluent la compréhension orale, la compréhension écrite et l’expression écrite. Ils s’adressent à un public francophone car toutes les consignes générales et de tâche à réaliser ainsi que le rapport et les explications détaillées sont en français, mais le moteur permet aussi de proposer des tests pour d’autres langues.
Etant donné le niveau de difficulté du test, je suis partisane de le faire passer à des lycéens, étudiants universitaires et adultes qui auraient déjà quelques bases.

Le contenu

Le contenu du test est lié à un grand nombre d’aspects grammaticaux, socio-culturels et pragmatiques que l’enseignant n’a pas toujours le temps de traiter en cours. De plus, les explications linguistiques utilisent des termes qui permettent à l’étudiant de familiariser avec le jargon de langue.

Le fonctionnement : Test « sommatif » et test « formatif »

Le premier, le « test sommatif »,, est essentiellement d’évaluation, comme une photographie instantanée sur les connaissances et les aptitudes d’une personne à un moment donné. Il fournit en fin de test un rapport détaillé avec le niveau général et le niveau par compétence du CECRL et toutes les explications sur les résultats par question. L’étudiant reçoit ce rapport à la fin du test sous forme de pdf. à son courriel. Ce rapport lui permet de se rendre compte qu’il a peut-être bien assimilé des questions qui correspondent a C2 mais qu’il y a des questions A2 qui ne sont pas encore acquises. C’est le cas en général de quelqu’un qui a appris parfois à parler et comprendre mais ne sait pas écrire, par exemple. Ou de quelqu’un qui a eu l’occasion de faire des stages à l’étranger mais qui ne connaît pas les règles de grammaire et ne sait peut-être pas écrire.
Une autre originalité de ce test est la variabilité des points. Par exemple, une réponse n’est pas toujours complètement fausse même si ce n’est pas celle attendue. Celle-ci peut valoir 4 points sur 6. De même, qu’il y a des réponses qui n’ont rien à avoir avec le contexte. Celles-ci sont pénalisées avec moins 1. Ce test est aussi chronométré et propose de le faire en temps limité, 2 heures maximum, avec la possibilité de s’arrêter et de le reprendre là où la personne s’est arrêtée.
Et le deuxième test, le « test formatif » permet de se former, de prendre son temps et de comprendre ses erreurs sur le champ, car il renseigne l’apprenant au fur et à mesure qu’il répond. Il est conçu pour travailler à son rythme. Il fournit aussi un rapport qui indique les exercices « réussis », « à faire », « les points » et le nombre de fois que l’on a abordé telle ou telle question.

L’expérimentation dans la complémentarité

Comment je les mets en pratique pendant mes cours ?
En début de formation, mes étudiants de l’IUT passent le test diagnostic, « sommatif » qui leur permet de savoir où ils en sont et les objectifs à atteindre.
Ensuite, en cours d’année, je leur propose de travailler le test qu’ils viennent de passer mais sous forme de « test formatif », c’est-à-dire qu’ils peuvent accéder librement aux compétences qu’ils souhaitent travailler et dans l’ordre qu’ils le souhaitent. Je leur donne quelques mois pour le faire, surtout pendant les périodes de stage.
Et à la fin du cursus, je leur demande à nouveau de passer le premier test, le « test sommatif » pour voir leur évolution et leurs acquisitions. Je voudrais aussi éclaircir que dans ce dernier test, l’ordre des réponses est aléatoire, c’est-à-dire que l’ordre change constamment, pour éviter la mémorisation pure et bête.
A la fin de l’année, je leur propose d’insérer leur résultat global au PEL (Passeport Européen des Langues) pour qu’ils gardent une trace de leur niveau, de manière fiable et objective.

Bilan de l’expérience

Motivation par l’aspect ludique du test même si au départ ils le trouvent très difficile
Prise de conscience immédiate sur l’ampleur de la langue cible
Envie de progresser vite pour améliorer son niveau et celui de la classe
Autonomie et valorisation de l’étudiant
Nette amélioration de la relation « enseignant-étudiant » dans un volonté commune pour réussir.
Etant donné que le nombre d’heures d’enseignement pour les langues en général et en IUT en particulier, ne suffisent pas pour donner un niveau satisfaisant au bout de deux ans, il me semble efficace, avec l’avancée des nouvelles technologies sur nos pratiques pédagogiques, de leur proposer un peu d’autoformation « obligatoire » ou « semi-obligatoire ». Par ce moyen, en les rend responsables et acteurs de leur apprentissage tout en développant leur autonomie d’une façon ludique.
Par conséquent, la répercussion de ce type d’approche change en effet la relation enseignant-étudiant, et devient un outil qui nous permet en tant qu’enseignant d’avoir un suivi sur nos étudiants, essentiellement pendant les périodes de stage, période qui entraîne une coupure importante et parfois contraignante dans l’évolution de nos étudiants. Il est évident que ce type de tutorat reste à évaluer en termes de temps passé par l’enseignant sans oublier les frais occasionnés pour le développement informatique et la mise en place du contenu.

Quant au moteur du test

Le moteur permet :
d’attribuer à chaque Question un niveau du CECRL
d’attribuer des notes variables
de donner un commentaire pour chaque réponse
de créer des parcours en fonction des réponses
de consulter le pdf. et vérifier les réponses données et même de
rectifier les réponses écrites.
de changer la langue des consignes
de changer la langue du pdf
L’enseignant de toute langue peut, à distance, savoir qui a fait le test, quand et quel a été son résultat détaillé.
Les enseignants peuvent créer leur propre test, selon les thématiques qu’il souhaite aborder, en respectant la structure du moteur existant. Ils peuvent créer des tests par paliers ou des tests de placement. Ils peuvent créer des parcours pédagogiques en fonction des réponses faussées.

Les pré-requis pour celui qui passe le test
avoir une adresse mail
avoir installé FIREFOX
avoir installé FLASH PLAYER

En guise de conclusion

Pour pouvoir passer le test en ligne, il faut :
- soit adhérer à titre individuel à l’association Medialingua pour 15 euros pour le test « sommatif » ou 20 euros pour les 2 tests « sommatif » et « formatif » d’espagnol.
- soit me contacter pour passer une convention avec l’établissement intéressé. Le prix reste à négocier en fonction du nombre d’enseignants qui souhaitent utiliser toute l’année ces 2 tests avec leurs étudiants.

María Magdalena Fasano
Université Paris 13 – IUT , Saint-Denis

PDF - 3.7 Mo
Conférence






Navigation