Rechercher dans le site
http://cyber-langues.fr/spip.php?article127

Les plus-values pédagogiques du T.N.I en classe de langues

Compte-rendu de Pascale Catoire
dimanche 30 août 2009

Pascale Catoire

Le TNI : quelles plus-values pédagogiques ?

Le TNI présenté ici est le modèle « PROMETHEAN » livré avec son logiciel ACTIVSTUDIO. Les exemples montrés durant la conférence ne sont donc visibles qu’avec ce logiciel. Si certains vous intéressent, vous pouvez me les demander en me contactant :
pascale.catoire ac-orleans-tours.fr

Des exemples d’utilisation de cours avec le TNI Promethean en ligne sur
http://lewebpedagogique.com/catoire/

Généralités

(TBI) ou plutôt TNI : c’est donc un
TABLEAU (qui a sa place dans la salle de classe et non une salle multimédia) sur lequel on peut écrire.
NUMERIQUE : relié à un ordinateur, ce qui implique un accès à toute ressource multimédia numérisée (images, sons).
INTERACTIF : sa plus-value par rapport à un simple vidéo : projecteur et ordinateur, c’est un point essentiel car coût plus important

1. Le travail peut être préparé avant le cours sur le logiciel fourni, « activstudio »

Exemple montré : insertion d’images et de sons pour travailler le poème de W.B. Yeats « The Lake Isle of Innisfree »

- Les professeurs de l’établissement peuvent l’installer et donc préparer de chez eux. Peut également être installé sur postes élèves (en salle multimédia par ex)

- Conséquences : la posture du professeur est différente : le prof est plus libre pour circuler et gérer la classe, moins dépendant des différents appareils dont il peut avoir besoin (magnéto, DVD, rétroprojecteur) et de sa préparation écrite.

- Le professeur n’est pas « coincé » derrière un clavier / ordinateur puisque toutes les commandes de l’ordinateur se manipulent depuis le tableau

- Il pense davantage à la démarche de son cours (il a préparé un « scénario pédagogique » ), il a anticipé sur le questionnement des élèves, c’est à dire comment ils s’approprient la connaissance, de quoi ils auront besoin et ainsi prévoir les documents (même s’il y a toujours une part d’imprévu !)

- Possibilité de donner les consignes en français et faire défiler pour attirer l’attention des élèves (clic droit : créer téléimprimante)

2. On peut enregistrer le cours

Rappel de cours rapide la séance suivante : dupliquer la page puis effacer les mots donnés la veille, effacer toutes les annotations.
continuer le cours suivant, distribuer en format pdf aux élèves absents ou qui ont fait une autre activité (possibilité d’imprimer une page pour la distribuer)

3. La trace écrite : on ne surcharge pas le tableau, on crée de nouvelles pages

- Les paperboard permettent d’enchaîner les pages ; on peut revenir en arrière et aider ainsi les élèves dans la construction des connaissances.

4. Confort d’utilisation : permet de basculer sans cesse du document (image/ film / sonore / texte) à la feuille sur laquelle on écrit

5. Contrairement à la PAO où le contenu est figé, le TBI permet une construction pendant le cours, interactivité de 3 sortes :

a) Prof / élève : meilleure réactivité du professeur aux questionnements des élèves. Notamment en allant chercher rapidement et facilement le document adéquat pour y répondre (par exemple cartes)
Il est possible là encore d’y parvenir avec un simple vidéo projecteur mais durant la phase de manipulation informatique le lien entre le professeur ( au clavier, devant son écran…) et la classe risque d’être coupé.

b) Élève interrogé / reste de la classe : En effet, le fait qu’un élève intervienne directement sur un document grâce au TBI va faciliter les réactions de la classe face à sa production : pour la rectifier ou la compléter. Ceci va souvent provoquer chez l’élève interrogé une remise en question de sa réponse et éventuellement des modifications qu’il apportera de lui-même. On peut dire que cette forme d’interactivité ( renforcée par le TBI) place l’ensemble des élèves dans un schéma commun d’apprentissage
Un moment privilégié pour le « classroom English » : take the pen/ can I erase ? on the left / right….

c) Élève interrogé et support (l’élève interagit soit au tableau soit au moyen d’une ardoise interactive qui circule dans la classe)

Exemples d’interactivité :

Déplacer des éléments, par exemple des mots à associer à une image si on introduit du vocabulaire en anticipation d’un document
Utiliser n’importe quelle application / logiciel de l’ordinateur (une image par exemple) et l’annoter
Correction d’un exercice en même temps qu’il se fait en classe on gagne du temps + meilleure interactivité

6. Un autre outil pratique : l’HORLOGE pour limiter en temps le travail de groupes, l’enseignant n’a pas à intervenir, les élèves apprennent à mieux s’organiser.


Navigation